BIBLIOGRAPHIE


Retrouvez tous les mois dans cette rubrique un extrait tiré d'un nouveau livre spirite 


L'extrait du mois de Mars est tiré du livre

"Le chant des signes"

de 

Stephane Allaeys

     
le consolateur


Thèmes abordés:     

Enseignement, médiumnité

Langue:    Français
Date de parution:    03/2017
Format: 14x21
Broché:  161 pages

Commande cet ouvrage


 

 

Ce nouvel opus explore de nombreuses thématiques relatives au monde des Esprits à partir de messages d'entités obtenus au sein d’une association spirite dans le Nord de la France.

 

EXTRAIT

Elisa

 

Ariane est la maman de la petite Elisa, qui a quitté ce monde à l'âge de quatre ans. C'est très difficile pour moi d'évoquer le cas de cette fillette sans une grande émotion. Lors de la dernière conférence spirite, elle est venue répondre aux questions de sa maman via une médium. Je n'oublierai jamais qu'elle a dit devant toute l'assemblée qu'elle me considérait comme son papa spirituel. C'est pour moi un immense honneur et une très grande joie. Ce compliment est-il légitime? Je n'en suis pas sûr tant je me sens moi-même en dessous de son innocence et de son éternelle jeunesse. Sa maman a eu le courage de nous évoquer sa vie, son départ, mais surtout l'amour "pour toujours" qu'elle porte à son enfant. D'ailleurs, elle parle d'elle au temps présent.

 

 

Ariane, maman d'Elisa : "Je m'appelle Ariane, j'ai 48 ans et je suis belge. Je suis maman de deux filles, une grande et une petite. Elisa est une petite fille de quatre ans, pleine de vie. Pour moi elle n'est pas morte mais bien vivante, souriante et gaie. Elle a ses colères, ses joies, ses jeux d'enfant. Elle aime sa balançoire, sa trottinette... C'est une enfant de quatre ans comme les autres !

Elle adore son chien, son chat et ses oiseaux, mais aussi les éléphants. Elle sait tout sur eux alors que l'on n'en a jamais parlé ensemble ! Elle aime aussi les promenades dans les champs, mais aussi dans les chapelles, les églises, les cathédrales, les cimetières... Par contre elle n'aime pas l'école !

Tous les soirs, avant de s'endormir, elle contemple la lune et la salue. Puis elle regarde l'étoile juste à côté et lui dit : "Bonsoir petit pépère !"

Je ne sais pas si elle dit bonsoir à son grand-père qu'elle n'a pas connu ou à Jésus qu'elle avait affectueusement baptisé de ce surnom.

Un jour elle est tombée malade et le médecin a fait une terrible erreur de diagnostic. Elle est partie en seulement dix jours de temps... Elle a reçu un antibiotique adulte alors qu'elle n'avait que quatre ans. Son cerveau n'a pas tenu le coup.

Aujourd'hui cela fait trois ans et douze jours qu'elle est partie et il m'a fallu composer avec cela. J'ai appris à ne plus montrer ouvertement ma souffrance aux autres. Au début j'ai voulu me tuer en me jetant par la fenêtre de l'hôpital. J'avais remarqué un balcon juste en dessous de notre étage et c'est ce dernier qui m'a fait réfléchir. Si je tombais sur celui-ci, je risquais de me rater et de finir toute handicapée. Alors j'ai reculé.

C'est grâce à ma maman et à l'association spirite que j'ai en quelque sorte survécu. Sinon il est évident que j'aurais fini mes jours en établissement psychiatrique tant la douleur était forte.

Elisa a alors mis sur mon chemin plusieurs étapes qui m'ont permis de trouver cette association. Au départ, j'ai vu de mes yeux, deux fois, ma fille au cimetière. Je passais mes journées entières assise sur sa tombe. Je ne parvenais pas à bouger. En voyant son apparition, j'ai cru devenir folle et ai tenté d'attraper son reflet avec mes mains. Mais bien sûr impossible de la toucher physiquement. D'étranges événements se sont ensuite passés à la maison. Des billes tombaient dans sa chambre ou le cadre de sa photo se fendait lorsque je pleurais devant. Le doudou d'Elisa, c'était mes oreilles car elle aimait bien tirer dessus. Quelquefois je sens que l'on me titille à nouveau les oreilles, alors je chasse de mes mains ce que je pense être mes chats. Mais il n'y a rien sauf... Elisa. Je sais tout au fond de mon coeur que c'est elle qui me tire l'oreille... comme avant.

Je suis croyante, mais plus de la même façon depuis qu'Elisa est partie. Avant j'appliquais ce que j'avais appris au catéchisme et à l'école.

Lors de son décès, j'ai demandé à Dieu de la laisser vivre et de me prendre moi, à sa place. Mais rien ne s'est passé comme je le souhaitais. J'ai fait la même demande au diable pour la faire revenir, mais là aussi point de salut. Alors j'ai cessé de croire en quoi que ce soit. C'est Elisa, dans une communication, qui m'a demandé de ne pas en vouloir au "Père". Elle parlait forcément de Dieu car elle ne connaissait pas son père biologique. Aujourd'hui je sais que Dieu est présent mais j'avoue encore lui en vouloir un peu. Si un jour je me trouve devant lui, je le lui dirai.

Je pense qu'Elisa n'a pas changé physiquement mais sa façon de parler a, elle, évolué. Son élocution est plus choisie et elle ne parle plus tout à fait comme une enfant de quatre ans. Elle m'a toujours semblé plus mature que les enfants de son âge. Aujourd'hui, elle continue de jouer, et apprend. Je sais qu'elle a fait partie pendant quelque temps du groupe de Jennifer.

Tous les messages que je reçois d'elle me touchent, même si elle ne fait que passer en me disant bonjour. Parfois elle délivre un petit message et disparaît aussi vite qu'elle est arrivée : c'est mon Elisa. Tout cela m'aide à tenir bon. Je suis sûre qu'elle porte toujours sa petite robe blanche à fleurs violettes et qu'elle a toujours ses petites bouclettes.

Elle est juste... beaucoup plus lumineuse."